Les déchets plastiques aux plages

Ici, les montagnes gardent l’horizon, une barricade ridée contre le ciel spongieux. Ces montagnes portent des chapeaux de neige et des jupes de verdure. C’est une crique silencieuse, perdu avec le temps. La plage est vaste ; elle rencontre les pieds des montagnes avec un sens de la familiarité comme les vieux amis. Ici, le terrain respire avec les houles, et les houles caressent la plage comme un drap de soie. Périodiquement, un vent léger bruit dans les arbres, et la forêt est illuminée par les chants des oiseaux. Je marque une pause alors que je descende à la plage, et j’inspire l’atmosphère fraîche. Le vent remonte en jouant avec mes cheveux, et le parfum de l’air humide flotte à mon nez. Avec chaque mètre de ma descente, l’air iodé de la mer devient plus en plus fort. Ici, le calme accentue les gazouillis des oiseaux et les vagues déferlantes, et les branches en cassant sous mes pieds sont les sons le plus forts de la forêt.

Finalement, j’arrive au bord de la mer. Je retire mes chausseurs et je patauge dans la mer, en savourant la sensation du sable entre mes orteils. Les vagues percutent contre mes chevilles, en tirant les grains de sable en retour dans la mer froid. Je regarde au-dessus de l’eau et je vois des oiseaux et des poissons, ignoraient des ennuis de la société.  C’est la raison à rendre visite à la Norvège : la beauté de la nature. Chaque paysage peut être une photo sur une carte postale, et chaque colline offre une nouvelle aventure. La randonnée a valu la peine, et la solitude calme est le meilleur pressentiment au monde.

Un petit froissement détache mes yeux, et je vois deux petits écureuils, en traversant le sol de la forêt. Ils jouent avec un petit objet, caché derrière des algues. Ils ne sont pas inquiets par ma présence, donc je m’approche pour regarder leur aventure. Sur le terrain devant nous, je vois une chose étrange : une bouteille bleue, en plastique. Les écureuils lancent et roulent la bouteille en joie, et quand la bouteille perd son charme, ils galopent à rejoindre la forêt. Je m’assieds à côté de la bouteille, et je la regarde, encerclé par les algues et un tas des coquilles. Je me rends compte du fait qu’il n’y a pas un endroit au monde réellement pas touché par les humains. Plus de quatre-vingts pourcents des déchets sur la plupart des plages en France sont le plastique. C’est extrêmement dangereux aux animaux, qui ne savent pas que les bouteilles et les autres déchets en plastiques ne sont pas les jouets ou la nourriture. Les répercussions sur la biodiversité des beaux environnements française sont énormes, et nous, les humaines, sommes responsables pour beaucoup de dommages. Heureusement, il reste l’opportunité à réparer nos erreurs si nous faisons l’attention à nos actions. Il commence avec les choses faciles : jetez vos dégâts, recyclez, ramassez les dégâts que les autres personnes font tomber, et essayez d’utiliser moins des produits an plastiques, comme les sacs ou les bouteilles qui peuvent faire du mal aux animaux. C’est facile à faire, et il a un impact immense.

 

Photo:

Link: https://flic.kr/p/JuBV1M

Citation: “Marine litter. Why can’t all countries have a bottle deposit system” by Bo Eide used with Creative Commons License.

French Text:

Link: http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/04/12/01008-20160412ARTFIG00171-les-dechets-plastiques-fleau-des-plages-europeennes.php

Citation: “ Les déchets plastiques, fléau des plages européennes.” LeFigaro, 04 Dec. 2016, http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/04/12/01008-20160412ARTFIG00171-les-dechets-plastiques-fleau-des-plages-europeennes.php. Accessed 20 Jan. 2017.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s